Hockey Player MAG


UNE LIGUE À PART


Pratiquer du sport, boire un verre, manger un bout et danser dans une ambiance conviviale, c’est le concept sportif et ludique de l’Apéro Ligue, organisée à Uccle Sport, depuis 2010. De mi-mai à fin juin, des équipes mixtes de hockey — et plus récemment de padel — ­ se fixent donc rendez-vous tous les jeudis soirs. Nous avons rencontré l’initiateur de la ligue devenue culte, Nicolas Dassonville, aussi Président du conseil d’administration du club ucclois.

 

« Avec mon épouse Mélissa, nous voulions organiser, à Uccle Sport, un événement qui puisse mélanger du sportif et du récréatif. À l’exception des « Nains de Jardin », qui s’adressaient plutôt aux équipes de DH et qui se concentrent davantage sur l’aspect sportif, il n’y avait pas d’initiatives similaires dans le paysage du hockey en Belgique. L’idée était de proposer un événement afterwork qui puisse réunir le meilleur d’une ligue sportive ouverte à tous et des Apéros urbains. » Au-delà des matchs de hockey et de padel, qui ont lieu entre 19 et 22 heures, les participants mais aussi leurs amis et tous ceux qui voudraient venir se détendre, se réunissent sept jeudis soirs d’affilée dans les jardins d’Uccle Sport, où ils profitent d’une ambiance festive et musicale, en buvant un verre et en mangeant dans l’un des deux Food trucks présents, avant de faire chauffer la piste de danse jusqu’aux petites heures.

 

Un événement qui attire près de 1000 personnes

L’Apéro Ligue est rapidement devenu un immanquable pour les membres d’Uccle Sport, et également pour tous les amateurs de hockey et de padel, désireux de pratiquer leur discipline favorite pour le plaisir. « Avant la crise sanitaire, nous étions en moyenne 600 sportifs inscrits et près de 400 convives qui venaient juste pour profiter du soleil et de l’ambiance musicale à l’extérieur, confortablement installés dans les transats. Cette année, nous sommes plus de 480 joueurs inscrits, ce qui représente une petite baisse compréhensible dans ce monde d’après, où l’on doit tous reprendre nos habitudes. » Lorsqu’on lui demande quels sont les objectifs de l’Apéro Ligue à court terme, Nicolas Dassonville insiste : « Nous sommes à la barre depuis la première édition. Il faudrait penser à rajeunir les organisateurs et les équipes participantes, sachant que la moitié d’entre-elles sont présentes depuis le premier jour. » Si le couple a réussi à motiver des membres — âgés en moyenne de 25 à 45 ans — issus de plusieurs clubs bruxellois, tel le Léo, le Watducks, l’Orée ou le Racing… ils tiennent, en effet, à rajeunir la moyenne d’âge des participants, en insistant sur les 20-30 ans.

 


Sans gardien et sans arbitre

Sportivement parlant, l’Apéro Ligue réunit cette année une cinquantaine d’équipes mixtes composées d’un noyau de dix joueurs et joueuses, qui s’affrontent dans un tournoi sur un tiers de terrain, en mode six contre six sans gardien, avec des bornes sur le côté, à la façon du hockey en salle. Des règles qui privilégient l’offensive et un rythme soutenu propice aux changements réguliers. « Si nous avions prévu au départ une catégorie pour les hommes, une catégorie pour les femmes et une catégorie mixte, on a gardé exclusivement la catégorie mixte, avec comme condition d’aligner minimum deux filles durant tout le match. On regarde, en outre, à quel niveau joue chaque participant durant la saison, afin de répartir les équipes dans nos différentes catégories. » Preuve qu’il s’agit d’un tournoi bon enfant où l’essentiel est, plus que jamais, de participer, les équipes ont aussi vite choisi de s’arbitrer elles-mêmes. « Cela permet en plus de calmer les ardeurs compétitives de certains (Rire). » Malgré tout, un classement est établi au terme du tournoi, où les gagnants reçoivent de jolis prix offerts par des partenaires, parmi lesquels on retrouve, depuis le premier jour, Hockey Player. Notons, ici, que pour pouvoir participer, les équipes doivent s’inscrire aux sept jeudis, moyennant la somme de 40 € par personne.


Plus qu’un club de sport

Nicolas et Mélissa Dassonville, mais aussi leur petit garçon et leur petite fille, sont tous les quatre hockeyeurs à Uccle Sport. Si le papa est le Président du Conseil d’administration depuis 2011, la maman participe depuis son lancement au projet d’insertion par le sport : Sport2gether. Cette association vise, entre autres, à permettre à des handicapés mentaux et/ou physiques — âgés de cinq à vingt ans — d’évoluer avec des joueurs de hockey valides les mercredis après-midis et durant les stages. Précisons qu’Uccle Sport est aussi le centre de formation pour le ParaHockey en Belgique. La petite famille qui participe donc pleinement à l’essor de son club à tous les niveaux, se réjouit surtout d’avoir réussi à le positionner comme un centre événementiel sportif, grâce à l’Apéro Ligue. Ajoutez-y les soirées corporates, la Ligue d’Arsène, ou encore une série de tournois et les matchs de la Pro League… Nous comprenons aussi que le club ucclois à la chance de pouvoir compter sur une équipe de bénévoles très engagée !

 

Aujourd’hui, si d’autres clubs en Belgique se sont inspirés de ce modèle en organisant, eux-aussi, leurs afterworks, Uccle Sport est néanmoins le pionnier dans le domaine.