Hockey Player MAG

thomas van denbalck

Thomas Van denbalck

Au-dessus de la mêlée


C’est avec beaucoup de joie, de fierté et d’émotions contenues que notre consultant de la rtbf aura vécu ce tournoi olympique et son apothéose finale.

Epoux de Marine Verdussen , papa de Faustine, Oscar et Céleste , Thomas Van denbalck a développé depuis quelques années sa popularité auprès d’un public moins averti grâce à ces judicieux et pertinents commentaires lors des retransmissions de matchs de hockey sur notre chaine de télévision francophone nationale.

Capitaine des Red lions à Manchester en 2007, plusieurs fois champion de Belgique avec le Waterlooducks, ce chargé en informatique pendant la semaine, est devenu au fil des années un consultant de hockey de qualité et d’ expérience. Il sait de quoi il parle. Et il le fait avec justesse.



« C’est via notre fédération que la rtbf m’a contacté il y a un peu plus de dix ans maintenant afin de commenter les retransmissions de matchs sur internet. Depuis lors, fort des résultats de plus en plus encourageants de nos équipes, le hockey a trouvé lors des grands évènements sa place à la télévision. Et c’est ainsi qu’avec mon ancien co-équipier Max luycx ( sur Voo ) nous essayons d’apporter notre éclairage sur notre sport, qui a autant besoin de vulgarisation pour le plus grand public, que de conseils plus éclairés sur les performances techniques et autres schémas tactiques en perpétuelle évolution. Cela me plait beaucoup et m’apporte énormément au niveau personnel et humain. Les rédactions sportives et les équipes de la rtbf sont composées de gens passionnés et fantastiques. Ces 15 jours de Jeux auront été quelque peu épuisant ( 2 ou 3 nuits blanches ) avec les retransmissions de match la nuit, mais tellement riche en contact, et en expérience »

Né un stick à la main, Thomas aura fait toutes ses classes à Uccle Sport avant de rejoindre les champions du Waterlooducks en 2006 avec qui il aura conquit par la suite 4 titres. Il aura fait ses débuts en 2000 avec les Red Lions avant de prendre sa retraite internationale après les Jeux de Pékin huit ans plus tard. Aujourd’hui Coach adjoint ( T2), il va entamer sa 5ème saison avec l’équipe première du Léopold. Thomas joue cependant toujours avec ses copains d’Uccle sport en junior master. Et lors de la dernière AG (assemblée générale des clubs), il a été élu au conseil d’administration de la ligue francophone de hockey. Un parcours bien complet et un programme bien chargé pour Thomas qui embrassera dès le mois d’octobre une toute nouvelle carrière professionnelle en tant qu’agent de joueurs ( tous sports confondus ).



Lui qui respire le hockey depuis 39 ans ( son âge ) a bien évidemment une connaissance de notre discipline et un avis éclairé sur l’évolution du hockey belge et international.

« A Tokyo, notre équipe était clairement au-dessus de la mêlée. Un cran au-dessus. Le caractère exceptionnel de cette aventure fût de ne pas faiblir et d’être présent et en forme au bon moment.



Ce mérite-là revient bien entendu aux joueurs mais surtout à leur coach mythique, Shane Mc Leod, et tout le staff qui entoure l’équipe. Il faut citer Emily Calderon (video), Julien Rysman ( physiotherapist), Katja Van Oostveldt ( team doctor) Mick Beunen (physical trainer), Eric Pirenne( manager), Michel van den heuvel et Graig Fulton (assistant coach ).Ce sont incontestablement les meilleurs dans leur créneau. C’est tout cet entourage qui aura fait la différence. Nous l’avons très bien senti et perçu. Depuis quelques années , un club Belgique a ainsi été créé. Nos rivaux que sont la Hollande, l’Allemagne ou l’Australie , ne connaissent pas ce phénomène . Pas comme cela ni à ce niveau-là. C’est cela qui explique l’évolution de notre équipe et fait aujourd’hui la différence avec les autres nations. Il faut en être conscient et remercier le COIB pour son soutien financier et surtout ne pas oublier les clubs qui ont permis tout cela. N’oublions pas que les clubs sont les premiers employeurs de nos Red Lions.

Côté individuel, comment ne pas citer en premier Vincent. Il n’a rien raté. Tout juste extraordinaire.

John John aura brillé dans sa constance , Arthur de Sloover et Antoine Kina auront gagné encore un peu plus de respect. Et avec 15 goals dans un tournoi et 50% de réussite, Alexander est notre arme qui marque et fait peur aux adversaires. Sa progression dans le jeu défensif aura été tout aussi impressionnante. Vraiment. »

Nul doute que nos adversaires au niveau international vont tirer les enseignements de ces Jeux. Se remettre en question et tenter de venir nous titiller dans les prochaines années. Mais notre assurance est telle et nos réservoirs de jeunes tellement abondants, que nous ne devons pas craindre ce proche avenir.


« Le meilleur est probablement à venir. Il faut maintenir nos messieurs sur la plus haute marche et amener maintenant nos filles à les rejoindre. J’ai été stupéfait de voir leur progression aux derniers championnats d’Europe à Amsterdam. Elles ont présenté un nouveau visage. Après la déception de la non qualification pour Rio leur tâche n’était pas gagnée d’avance. Leur nouveau coach et mentor, Raoul Ehren apparait comme la personne idéale pour amener ce groupe à franchir les prochaines étapes. Mettre de la distance avec les anglaises ( plus que possible ) et les espagnoles ( se méfier ) , atteindre le niveau des allemandes (avec régularité ), se rapprocher des hollandaises ( un vrai challenge quand on sait que cette équipe n’aura pas perdu un tournoi depuis 5 ans ) . Avec une qualification aux JO de Paris 2024 en point de mire ».



Philippe Hoed

Bas_de_page_fede