Hockey Player MAG

AU PIED DU PODIUM

« Je suis très fière de notre équipe et particulièrement de nos jeunes joueuses. »

Au lendemain de leur première participation à l’Euro Hockey League (EHL), les joueuses gantoises, qui se sont inclinées 2-1 en petite finale face aux Espagnoles du Junior FC, peuvent être déçues de cette quatrième place. Nous avons contacté Émilie Sinia pour un débrief. 

Tout avait parfaitement débuté pour les championnes de Belgique en titre. Contre les Anglaises de Surbiton en quart de finale, les joueuses de Kevan Demartinis ouvraient le score grâce à un stroke converti par Stéphanie Vanden Borre, après 58 secondes de jeu. Malgré une domination des Flandriennes dans ce premier quart temps, les Anglaises revenaient rapidement au score. Mais la réaction des Gantoises était immédiate. Émilie Sinia redonnait en effet l’avantage à ses couleurs sur la remise en jeu, grâce à un slape rageur dans le plafond. L’équipe gantoise maitrisait ensuite son sujet jusqu’au coup de sifflet final pour s’imposer méritoirement deux buts à un et rejoindre le final four de l’EHL. « En tant qu’ancienne internationale, j’étais contente d’avoir inscrit ce but. Il m’a rappelé mes meilleurs moments en équipe nationale. J’étais aussi très heureuse de jouer ce tournoi et je crois que ça s’est vu sur le terrain » souligne Émilie Sinia.

Opposées en demi-finale aux Hollandaises de Den Bosch, grandissimes favorites du tournoi, les joueuses gantoises n’avaient rien à perdre. Très solide, elles faisaient même jeu égal avec les championnes d’Europe en titre jusqu’à la blessure de Stéphanie Vanden Borre. « Sa sortie nous a fait extrêmement mal, elle a précipité le premier but et derrière, nous avons perdu notre charnière défensive. » Émilie Sinia et ses coéquipières s’inclinaient finalement 2-0 avec les honneurs. « Nous étions déjà privées pour le tournoi dAlix Gerniers. On savait donc que l’une des difficultés serait de gérer notre noyau étriqué. Nous avions sur le banc des filles qui n’avaient joué que quelques minutes en DH et qui allaient devoir gérer des matches de niveau international. Au final, je suis très fière de notre équipe et particulièrement de nos jeunes joueuses. Que ce soit notre back droit Marina Makhotkina qui était au marquage de Frédérique Matla — la meilleure attaquante du monde à l’heure actuelle — et qui ne la pas lâchée de tout le match, ou encore de notre back gauche, Marie Lanckneus, qui a joué de façon exemplaire. »

La Gantoise et ses jeunes pousses avaient donc rendez-vous en petite finale avec les joueuses espagnoles du Junior FC. Malheureusement, elles perdaient la rencontre deux buts à un en concédant deux PC. « Je suis déçue car je pense que nous méritions cette médaille de bronze. Nous avons logiquement battules championnes d’Angleterre et nous méritions de battre les championnes d’Espagne. C’est leur expérience et leur gestion des moments importants qui ont fait la différence. Sans oublier un noyau plus complet qui permet une plus grande fraicheur au niveau mental. Jouer un match de ce niveau à 12, aucune autre équipe ne l’a fait. Après, les deux PC qu’on encaisse, ça ne peut jamais arriver. Ce sont des erreurs de placements défensifs qui coûtent cher. Nous avons pêché sur des phases qu’on ne répète pas suffisamment, aussi parce que l’on concède très peu de PC en championnat. Nous devons maintenant travailler les PC offensifs et défensifs pour être prêtes pour les play-offs et franchir un nouveau cap. »

Si elles sont légitimement frustrées d’avoir échoué au pied du podium, les joueuses gantoises garderont néanmoins un excellent souvenir de cette première expérience en EHL. « Sur un plan personnel, j’ai particulièrement profité de ce tournoi. Durant l’année, c’est très différent puisque je dois combiner le hockey avec mon travail et mon petit garçon... Et puis, il y a aussi cette ambiance si particulière durant les tournois. Pendant la saisonnous n’avons pas souvent l’occasion de nous retrouver en équipe puisque nous devons composer avec le quotidien des Red Panthers. Nous avions besoin de ces moments rien que pour nous pour grandir en tant qu’équipeL’EHL était également important car on a eu un petit down durant le second tour du championnat. Cela ne s’est pas remarqué dans les chiffres mais le fait d’obtenir si tôt dans la saison notre qualification pour les play-offs, ça n’aide pas toujours. Dernièrement, nous étions moins contente de nos prestations et même de l’ambiance au sein du groupeNous nous sommes donc retrouvées et nous avons passé une semaine exceptionnelle avec le staff et les joueuses. Il y a vraiment beaucoup de positif à retenir. Je me répète mais je pense réellement qu’avec un noyau complet, on aurait terminé à la troisième place. Mais voilà, ce sont les aléas du sport de haut niveau et nous pouvons déjà être très fières d’avoir atteint ce final four. » Pour info, en finale, ce sont les joueuses de AH&BC Amsterdam qui ont créé la surprise en s’imposant aux shoot-outs contre Den Bosch.  

Cette parenthèse européenne étant referméeles joueuses gantoises peuvent désormais se concentrer sur la fin de saison qui devrait en toute logique les voir remporter un deuxième titre consécutif de championne de Belgique. Émilie conclût : « On croise surtout les doigts pour que la blessure de Stéphanie ne soit pas trop grave et l’on se réjouit déjà de récupérer Alix, qui aura faim de hockey pour les play-offs»